Inscrivez-vous à notre carte de fidélité et recevez de nombreux avantages !

carte de fidélité
frites and co

Partager avec vos amis notre site internet sur facebook

Frites & Co !

Horaire d'été (du 01 avril au 30 septembre)

Ouvert 7/7 jours

de 11h00 à 22h

Les vendredis et samedis

de 11h00 à 23h

Horaire d'hiver (du 01octobre au 31 mars)

Ouvert 7/7 jours

de 11h00 à 21h

Les vendredis et samedis

 de 11h00 à 22h

Rue du bosquet, 8 - 1370 Jodoigne

////////////////////////////////////////////

Burger One !

Horaire d'été (du 01 avril au 30 septembre)

Ouvert 7/7 jours

de 11h30 à 22h

Les vendredis et samedis

de 11h30 à 23h

Horaire d'hiver (du 01octobre au 31 mars)

Ouvert 7/7 jours

de 11h00 à 21h

Les vendredis et samedis

de 11h00 à 22h

Chaussée de charleroi 47 - 1360 Thorembais-St-Trond

////////////////////////////////////////////

Friterie Eric et Steph !

Horaire d'été (du 01 avril au 30 septembre)

Ouvert 7/7 jours

de 11h30 à 22h

Les vendredis et samedis

de 11h30 à 23h

Horaire d'hiver (du 01octobre au 31 mars)

Ouvert 7/7 jours

de 11h00 à 21h

Les vendredis et samedis

 de 11h00 à 22h

Chaussée de Namur 93 - 1315 Incourt

 

Friterie - snack
Frites and Co

Oseriez-vous douter de la paternité belge de la Frite... une fois? Et son origine en nos terres est peut-être beaucoup plus ancienne que vous ne le pensiez.

 

D'après Jo Gérard, notre peuple aurait déjà cuit des frites avant 1680.
L'historien avance comme preuve un manuscrit familial daté de 1781 ("Curiosités de la table dans les Pays-Bas Belgiques", signé par son arrière-arrière-grand-oncle Joseph Gérard):

"Les habitants de Namur, Andenne et Dinant ont l'usage de pêcher dans la Meuse du menu fretin et de le frire pour en améliorer leur ordinaire, surtout chez les pauvres gens.

Mais lorsque le gel saisit les cours d'eau et que la pêche y devient hasardeuse, les habitants découpent les pommes de terre en forme de petits poissons et les passent à la friture comme ceux-ci. Il me revient que cette pratique remonte déjà à plus de cent années."

 

Pourquoi les French Fries?

 

Un texte qui balaie les fantasmes de nos voisins Français qui revendiquèrent un temps la paternité de la frite, tout particulièrement après que celle-ci ait été servie au lendemain de la Révolution de 1789 sur les ponts de la Seine sous l'appellation de "pommes Pont-Neuf".

 

Quelques grands noms emboîteront le pas à cette contre-vérité, citons Louis-Ferdinand Céline ("Voyage au bout de la nuit"), "C'est parisien le goût des frites", ou le grand chef Curnonsky, "Les pommes de terre frites sont une des plus spirituelles créations du génie parisien" (sic).
Mais alors, pourquoi les "French Fries" (l'appellation anglophone de nos frites) plutôt que les "Belgian Fries"?


C'est chez nos alliés de la première guerre mondiale que nous retrouverions l'origine de cette expression. En effet, lorsque les troupes américaines, anglaises ou canadiennes débarquèrent en rangs serrés en Flandre occidentale, les populations locales ne tardèrent pas à leur faire goûter notre spécialité, mais "en français dans le texte", puisque le français était alors la langue véhiculaire de l'armée belge. Une bien belle histoire, non? A laquelle Paul Ilegems (auteur de e.a. 'Het volkomen frietboek') ne peut s'empêcher de rétorquer qu'il n'en est rien...

Et qu'en 1890 déjà, 'French Fries' est cité dans un livre de recettes américain; or 'to french' est là-bas un terme d’argot qui signifie d'abord 'couper en bâtonnets'...

 

Mais n'allez cependant pas croire que nous rugissons, comme coqs et lions en foire, la paternité de la Frite... Lucien Decraeye, président de l'UNAFRI-NAVEFRI (Union Nationale des Frituristes; le terme frituriste - ou friturist - ayant été imaginé en 1984, à la création de cette association professionnelle, pour qualifier le friturier ou frituur bakker), se souvient: "Ma tante s'est lancée dans le commerce des frites dès 1929 à Oudenaerde. Ce qui m'étonne toujours, c'est que sur son panneau il était écrit la Friterie d'Audenarde, en français. Peut-être pensait-on à cette époque que la qualité de l'alimentation française était meilleure que la nôtre?"

(cfr Frites.be)